Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Voir les dernières notes mises à jour Tag : littérature américaine

Dernières notes publiées

  • Piège

    « J’appuyai sur le ressort du piège pour en ouvrir le mors et libérer la patte du raton laveur. J’enlevai mes mitaines et touchai les os. Aucun n’était cassé. Assis dans le cercle déblayé, je posai l’animal sur les genoux, surpris par son poids imposant. D’un geste de la main, je lissa... Lire la suite...

    Publié le 04/01/2020 dans Textes & prétextes

  • 7 mois à Indian Creek

    Excellente lecture pour cette période de l’année, le roman de Pete Fromm , Indian Creek (traduit de l’américain par Denis Lagae-Devoldère) est le récit de sept mois passés sous tente au cœur des montagnes Rocheuses. Seul, avec Boone, la petite chienne offerte par Rader, un ami. Etudiant en... Lire la suite...

    Publié le 02/01/2020 dans Textes & prétextes

  • Incantation

    « Dans ces moments, nous avons beaucoup parlé de chez nous, évoquant autant de souvenirs que nous le pouvions, rappelant les images les plus infimes et les plus spécifiques dans une sorte d’incantation douloureuse – les érables de l’avenue Miró en octobre, les horloges à chiffres romai... Lire la suite...

    Publié le 05/09/2019 dans Textes & prétextes

  • La lettre d'Anna Blume

    Le voyage d’Anna Blume de Paul Auster paraît en français en 1989 (traduit de l’américain par Patrick Ferragut). Son titre original de 1987 est meilleur : In the country of last things ( Au pays des choses dernières , titre adopté dans la collection Babel). 2019, je retrouve Anna ... Lire la suite...

    Publié le 02/09/2019 dans Textes & prétextes

  • Plaisanterie

    « […] enfin venaient les blagues – parce que sous l’épreuve de la mélancolie perpétuelle et la prodigieuse tension pour seulement s’en sortir, il se cache toujours une blague quelque part, le portrait d’un ridicule, un mot cinglant, une plaisanteri... Lire la suite...

    Publié le 17/11/2018 dans Textes & prétextes

  • Zuckerman, épilogue

    L’orgie de Prague (1985), l’épilogue du Zuckerman enchaîné de Philip Roth dont je vous entretiens depuis quelque temps, compte moins de cent pages. Publié deux ans après La leçon d’anatomie , il se présente comme « extrait des carnets de Zuckerman ». Voici le début, daté d... Lire la suite...

    Publié le 15/11/2018 dans Textes & prétextes

  • Marié pour...

      « Le mariage avait été son rempart contre l’extraordinaire source de distraction que constituent les femmes. Il s’était marié pour l’ordre, pour l’intimité, pour l’aspect routinier, régulier, de l’existence monogame ; il s’était marié pour ne plus jamais perdre... Lire la suite...

    Publié le 10/11/2018 dans Textes & prétextes

  • Zuckerman va mal

    L’incipit de La leçon d’anatomie (1985) ne manque pas d’ironie, provocatrice comme toujours chez Philip Roth qui revient pour la troisième fois à son alter ego Nathan Zuckerman . Lisez plutôt : « L’homme malade a besoin de sa mère ; si elle n’est pas là, d’autres femmes peu... Lire la suite...

    Publié le 08/11/2018 dans Textes & prétextes

  • Illusionniste

    «  […] Venir ici après ce que vous avez fait – s’il vous plaît, laissez-moi finir… – Allez-y, dit-il, bien qu’il n’eût rien fait pour l’interrompre. – Je ne veux pas me mêler de ça. Je ne suis qu’une voisine. Ce n’est pas mon affaire. N’en parlons plus. – Qu’est-ce qui n’est ... Lire la suite...

    Publié le 03/11/2018 dans Textes & prétextes

  • Zuckerman délivré

    Philip Roth ouvre Zuckerman délivré (1981), le roman qui suit L’écrivain fantôme , avec un bonhomme qui s’étonne tout haut de voir dans un autobus « le type qui a écrit Carnovsky » et « s’est fait un million de dollars » . Carnovsky (ou le héros de Portnoy e... Lire la suite...

    Publié le 01/11/2018 dans Textes & prétextes

Page : 1 2 3 4 5 Suivant