Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Voir les dernières notes mises à jour Tag : solitude

Dernières notes publiées

  • Etat de veille

    « L’état de veille se distingue du sommeil par l’intensité des pensées. […] On ne sait pas au juste comment les pensées s’enchaînent, ni ce qui les unit, ni quel ordre régit tout ce processus, pas plus qu’elles-mêmes ne le savent. Elles n’ont, d’ailleurs, pas besoin d’ordre ; ell... Lire la suite...

    Publié le 06/10/2020 dans Textes & prétextes

  • Trois récits

    Son prix Nobel de littérature m’a fait connaître le nom d’ Olga Tokarczuk , une écrivaine polonaise née en 1962. A la bibliothèque, j’ai emprunté Récits ultimes (2004, traduit du polonais par Grazyna Erhard en 2007), sans trop m’attarder sur l’épithète ni sur le dessin sur la couverture, ta... Lire la suite...

    Publié le 05/10/2020 dans Textes & prétextes

  • Se tenir les coudes

    « Quand on amenait les petits bleus, Guéna les mitraillait de questions pour savoir qui ils étaient, d’où ils venaient. Il disait que les gars de Moscou devaient se tenir les coudes. Les ploucs n’avaient qu’à crever tout seuls dans leur coin. Lui était de Friazino, dans la région de Moscou... Lire la suite...

    Publié le 12/09/2020 dans Textes & prétextes

  • La soif de Kostia

    La Soif est un roman court et fort d’ Andreï Guelassimov ( Jajda , traduit du russe par Joëlle Dublanchet, 2004). La vodka y apparaît dès la première phrase : « Je n’avais pas réussi à caser toute la vodka dans le frigo. » Olga, sa voisine, fait régulièrement appel à Kostia (le n... Lire la suite...

    Publié le 10/09/2020 dans Textes & prétextes

  • Douceur

    « Personne dans les champs. Du haut de la colline, du plus loin qu’on pouvait voir. Pas une maison. Rien. Une branche de magnolia remuait doucement contre la vitre un peu verdie. Cette douceur s’insinuait partout, elle montait de la terre, sans raison, et sans raison elle retombait, av... Lire la suite...

    Publié le 30/05/2020 dans Textes & prétextes

  • Mi sembra lungo

    « Tu sais comment on dit quand on est triste ? me demanda-t-il. On dit mi sembra lungo : je le trouve long, en parlant du temps. C’est le temps, quand on est triste, qui ne veut plus passer. Mais l’expression vaut aussi pour quand on est nostalgique, qu’on se sent seul, qu’o... Lire la suite...

    Publié le 12/05/2020 dans Textes & prétextes

  • Bâtir

    « C’est pourquoi tout humain pourvu de quelque conscience et dignité devrait apprendre à bâtir sa solitude, à l’habiter avec agrément, et aussi à la défendre contre tous les niveleurs de citadelle et rongeurs de liberté. Cette solitude peut paraître dure, intransigeante. Certes, elle est ha... Lire la suite...

    Publié le 28/04/2020 dans Textes & prétextes

  • L'Esprit de solitude

    Jacqueline Kelen a conquis un large public, en 2001, avec L’Esprit de solitude – une nourriture saine par ces temps qui nous confinent. Il ne faut pas nécessairement vivre seul pour entrer dans la voie qu’elle défend. L’essai s’ouvre sur une déclaration : « La solitude est un cadeau... Lire la suite...

    Publié le 27/04/2020 dans Textes & prétextes

  • Rêveuse

    « En plein jour, assise devant la machine à écrire, elle mit ses lunettes. Elle divisa le livre selon les pages qu’elle voulait traduire par jour ; y porta au crayon la date du jour respectif : à la fin du livre, c’était déjà une journée de printemps. Hésitante, feuilletant e... Lire la suite...

    Publié le 18/01/2020 dans Textes & prétextes

  • Vivre seule

    La femme gauchère de Peter Handke (1976, traduit de l’allemand par Georges-Arthur Goldschmidt en 1978) n’a rien perdu de son impact dans son étrange simplicité. A relire cette brève histoire d’une femme et d’un homme qui se séparent, je me rends compte que je l’ai mal résumée dans un bille... Lire la suite...

    Publié le 16/01/2020 dans Textes & prétextes

Page : 1 2 3 4 5 Suivant